Jean Poisson, valet de Champlain

 

Né à la fin du XVIe siècle (1585-1590), Jean Poisson se marie le 23 avril 1611 avec Barbe Broust en l’église Saint-Jean de Mortagne dans le département de l’Orne.

acteMariageJeanPoisson

Le couple a eu au moins six enfants dont quatre sont baptisés à Saint-Jean de Mortagne. Il exerce le métier de cordonnier et de chaufournier2. Devenu veuf, il émigre probablement en 1634 vers la Nouvelle-France depuis le port de Dieppe avec son fils Jean dont voici l’acte de naissance.

actedenaissance-e1543007821992.jpg

 

Ses filles Barbe et Mathurine le rejoindront plus tard en 1647. La date de sa sépulture n’est pas connue. Jean Poisson père meurt le 22 juin 1650 à Saint-Jean-de-Mortagne. Il est inhumé le 22 juin 1650 à Saint-Jean-de-Mortagne.
Voir aussi : Québec-Perche.com
En ligne http://www.perche-quebec.com/fils/perche/individus/chamboy-poisson.htm

Fichier origine

Source: Fichier Origine. http://www.fichierorigine.com/recherche?numero=018083

Lieu d’origine Mortagne-au-Perche (St-Jean et St-Malo) (Orne) 61293
Première mention au pays 17-11-1635
Occupation à l’arrivée Valet de Samuel de Champlain
Date de mariage 23-04-1611
Lieu du mariage Mortagne-au-Perche (St-Jean et St-Malo)
Conjoint Barbe Broust
Décès ou inhumation Mortagne-en-Perche (St-Jean et St-Malo), 22-06-1650
Remarques Aurait été chaussumier ou chaufournier. A eu 6 enfants dont 4 sont baptisés à Mortagne-au Perche (Orne). Est arrivé en Nouvelle-France en 1635 avec son fils Jean (m. le 08-05-1644 avec Jacqueline Chamboy à Mortagne-au-Perche (61293)). Deux autres de ses filles sont venus les rejoindre en 1637 : Barbe (m. le 12-10-1648 avec Léonard Lukos à Montréal (Notre-Dame) et Mathurine (m. 08-10-1647 avec Jacques Aubuchon à Montréal (Notre-Dame).
Identification* DGFQ, p. 982
Chercheur(s) Pierre Dubeau
Référence* AD-61
Dossier d’archives numérisé
Date de modification 2018-12-06

 

Testament de Champlain

Jean Poisson arrivé à Québec, probablement en 1634 avec plusieurs colons dont Robert Giffard, Jean Bourdon, Jean Guyon, Zacharie Cloutier et Jean Côté. Il est un intime de Champlain et  il oeuvre comme son valet. En novembre 1635, Champlain fait son testament et lui lègue des biens.

testamentpourpoisson-1.jpg

«A Poisson, mon valet, outre l’habit que je luy ay baillé qui n’est pas encore achevé, je luy donne un hault de chausse de bure avec une camisole de petite sergette grise et rouge» (Le Blant, 1963 : 283)

hautdeChausse2
Haut de chausse2 qui ressemblait à ceci.
Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Hauts-de-chausses

Francis Back explique la valeur des hardes en Nouvelle-France :

«Éléments essentiels à la vie et d’une valeur monétaire importante, les vêtements sont pris en compte quand vient le temps de jauger la fortune d’un individu. Cela est d’autant plus vrai en Nouvelle-France où les rares approvisionnements de la métropole font gonfler la valeur des produits textiles.» (Back, 1997: 51).

 

Localisation de la maison de Jean Poisson, fils

On a une idée  assez précise de la localisation de la maison du fils de Jean Poisson à Québec. Lorsque Martin Boutet loue le 24 septembre 1649 une maison à Anne Gasnier, on y indique que Jean Poisson était son voisin immédiat.

Cette maison de Martin Boutet a une longue et intéressante histoire. Elle commence lorsque Hélène Desportes, filleule d’Hélène Boullé, épouse en 1634 Guillaume Hébert.  Veuve de ce dernier, décédé le 23 septembre 1639, elle se remarie avec Noel Morin, et dans le contrat de mariage devant le notaire Piraube, le 27 décembre 1639, on mentionne:

«… lad future espouse a déclaré apporte à lad communauté la jouissance d’une maison scituée aud Quebeq proche l’Eglise de Notre-Dame de Recouvrance, de deux apens de terre assis proche du Mont-Carmel &  d’un jardin contenant quatre perches ou environ attenant à lad maison» (Niellon, 1990, Document 4).

Cette donation de Samuel Champlain sera officialisée le 4 septembre 1640 dans la concession à Noel Morin pour sa femme.

«… la requeste à nous présentée par Noel Morin Charron au nom de Helene desportes sa femme cy devant vefve de deffunct Guillaume Hebert vivant habitant demeurant à Quebeq, portant que feu le Sieur de Champlain auroit donné a lad Helene Desportes en faveur du mariage d’elle et dudict Guillaume Hebert une maison scize audit Quebeq contenant vingt quatre piedz de longueur sur dix huict de largeur… Il nous a esté apparu que la maison en laquelle estoient demeurans ladicte maison n’a aucune commodité de court et de de jardinage avons pour ce distribué & faict borner par Jehan Bourdon, Ingenieur et Arpenteur en la Nouvelle-France, quarante perches de terre ou environ…» (Niellon, 1990, Document 6 ).

Un peu plus tard, la Fabrique s’intéressa à cette bâtisse, Honorius Provost, auteur d’une brochure sur la Censive Notre-Dame de Québec explique :

«Or, c’est cette même maison, ce même terrain, que le Conseil décidait, en 1648, d’affecter à la fonction de presbytère. Les extraits qui concernent cette transaction sont conservés aux archives de la paroisse. Le 9 septembre, Michel Le Neuf du Hérisson et Jean Guyon,  en service commandé, font la visite de la propriété de Noel Morin, qu’ils évaluent à la somme de huit cents francs… Sur le dos de cet extrait, est écrit de la main du père Jérôme Lallemant, supérieur des Jésuites:  Papier concernant la maison des Clerc de l’Eglise ou de Enfans et Officier de Chœur… si Martin Boutet habitait déjà la maison de Noel Morin, en 1652, il faut conclure qu’elle n’avait guère servi de presbytère, peut-être pas du tout»  (Provost, 1954 : 14-15).

maisonBoutetPresbytere

Estimation par Michel Leneuf du Hérisson et Jean Guyon de la maison de Noël Morin, située proche de l’église que l’on bâtit à Québec, suivant l’ordonnance du Conseil de Québec; Chavigny et Giffard, commissaires sont députés à cette fin.
En ligne: http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3349604

Martin Boutet, homme de confiance de la Fabrique, veille à l’entretien de cette maison et baille celle-ci pour trois ans à Anne Gasnier le 24 septembre 1649.

manuscriptTerrainPoissonTexte

Bail de maison par M. Boutet à Anne Gasnier, 24 septembre 1649.

Source du manuscrit :  A.N.Q.Q Greffe Bernan, communiqué par Pierre-Christian Carbonneau, biographe de Anne Gasnier.

Transcription

Fut présent en sa personne, Martin Boutet soldat au fort de Québec recognoit avoir fait bail d’une maison place de jardin à luy appartenant audit lieu de Québec, tenant d’un côté à Jean Poisson, d’autre côté sur la rue et derrière à Jean Côté, le tout comme elle se poursuit et comporte sans en rien réserver ny retenir à dame Anne Gasnier veufve de feu messire Jean de Clément du Vault chevalier seigneur de Monceaux, moyennant le prix et somme de cinquante livres par an, le dit bail pour trois ans consécutives à commencer au premier jour d’octobre prochainement venant, à la charge que le dit Saint Martin la rendra manable au dit temps et la dite dame a promis payer par avance, les réparations quil y conviendra faire en déduction des louages de la dite maison, la dite dame s’obligeant de faire faire à ses frais la clôture de la boutique.   fait ce vingt quatre septembre mil six cents quarante neuf en la présence de Jacques Le Loyer sieur de la Tour et Simon Desrosiers, soldat témoins.

Anne Gasnier
Boutet
Latour                Loyer

S. Desrosier
Bermen

Source de la transcription:  Niellon et al. 1990, Document 13.

Voir également,  le Fonds Laverdiere du Musée de la civilisation à Québec.

https://collections.mcq.org/objets/307734

Dans cet acte, on indique bien comme voisin,  le fils de Jean Poisson, tenant d’un côté de la maison occupée par Anne Gasnier.

Enfin, le 15 mai 1650, la Compagnie des cent-Associés concède cet emplacement à Martin Boutet.  Il m’a été impossible de retracer cet acte.

Dans le contrat de location à Madame Gasnier, on identifie également, «une maison place de jardin»  qui veut dire en fait: maison avec place de jardin. Cela est confirmé en 1651, dans la Conventions entre Martin Boutet, dit Saint-Martin, le curé et les marguilliers de la paroisse de Québec, on précise un jardin que désire occuper Martin Boutet.

jardinconventionboutetfabrique11-e1543285818961.jpg

«…Ledit Boutet jouisse d’une place pour faire un jardin, icelle proche la maison dudit Boutet où est présent logée madame de Monseaulx; comme aussy d’une place pour faire la pesche d’anguille.»

Conventions entre Martin Boutet, dit Saint-Martin et le curé et les marguilliers de la paroisse de Québec, pour les servir comme chantre, maître des enfants de chœur et faire divers autres services pour l’église de la paroisse, le premier septembre 1651.

Source : Musée de la civilisation, collection du Séminaire de Québec, fonds Georges-Barthélemi Faribault.
En ligne : https://collections.mcq.org/objets/271816

Un peu plus tard, le 28 avril 1653, devant le notaire Audouart, Martin Boutet loue à Jean Bourdon cette maison pour quatre mois, soit jusqu’au 31 août suivant (Gauthier-Larouche, 2014:106).

28avril53

Marché à bail à loyer d’une maison situé à Québec entre Jean Bourdon et Martin Boutet, chantre, 28 avril 1653. Archives nationales du Québec à Québec, microfilm no. 4M00-2466

Quant à Marcel Trudel, il confirme les informations d’Honorius Provost et a cependant aucune information sur ce Jean Poisson, fils.

marcelTrudelEtPoisson

Source:  Trudel, Marcel, Le terrier du Saint-Laurent en 1663, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1973, 618 pages.

Terrain de Martin Boutet

Sur cet emplacement de Martin Boutet, se trouvaient deux maisons, l’une en bois, autrefois la propriété de Noel Morin et de Hélène Desportes, et une autre en maçonnerie ayant été bâtie par Boutet en 1649 (Provost, 1954, p. 20). On peut alors localiser la maison d’Hélène Desportes et celle de Jean Poisson approximativement au coin des rues Sainte-Anne et rue du Trésor.

Conclusion

J’émets comme hypothèse que Jean Poisson fils, se serait installé en 1647 sur le site qu’occupait son père en 1634. Ce dernier étant son valet, il demeurait probablement près de la maison de Samuel de Champlain. Ce dernier donnera cette maison à Hélène Desportes en 1639 lors de son mariage avec Guillaume Hébert.

 

Plan hypothétique de 1639 indiquant la maison d’Hélène Desportes, léguée par Samuel de Champlain en (B) et celle de Jean Poisson, père, valet de Champlain (N).

Voir également cette page:  https://pierredubeaublog.wordpress.com/2016/12/24/plan-hypothetique-de-quebec-en-1640/

pour des explications sur ce plan.

 

Notes

[1] Ouvrier travaillant à la fabrication de la chaux dans un four : extraction de la pierre, préparation du four et alimentation en combustible, fabrication de la chaux, mise en sacs, etc …

[2] Hauts-de-chausses. Sous Louis XIII (1610-1643), les hauts-de-chausses étaient très bouffants, attachés au genou par un ruban. Plus tard, ils sont devenus un pantalon large et court au genou. Le fait que Champlain ait légué une habitude inachevée soulève la question de savoir si un tailleur exerçait son métier si tôt en Nouvelle-France ou si l’habit était fabriqué en France par un tailleur familier des mesures de Champlain .(Tomczyszyn, 2002).

 

 

Bibliographie

BACK, Francis. (1997). Un pionnier en 1639.

LE BLANT, Robert. 1963. Le testament de Samuel Champlain, 17 novembre 1635. Revue d’histoire de l’Amérique française, 17(2), p. 283
En ligne https://doi.org/10.7202/302279ar

GAUTHIER-LAROUCHE, Georges. 2014. L’église pionnière de Québec: Origine et fondateurs (1615-1664), Québec, Septentrion, 183 p.

NIELLON, Françoise, Pierre Nadon, Denis Faubert. 1990. La recherche sur la sépulture de Samuel de Champlain: un examen critique, Québec, Division du Vieux-Québec et du patrimoine, 143 p. 20f. de pl., ill., cartes, 28 cm.

PROVOST, Honorius. 1954. La censive Notre-Dame de Québec, Québec, Société historique de Québec, no. 6, 32 p., ill.

TOMCZYSZYN, Pat . 2002. Sifting Through the Papers of the Past: Using Archival Documents for Costume Research in Seventeenth- and Eighteenth-Century Quebec. Revue de la culture matérielle, Volume 55, Spring/Printemps 2002
En ligne: https://journals.lib.unb.ca/index.php/MCR/article/view/17897/22044

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Ann Lefebvre dit :

    Excellent!

    Envoyé de Yahoo Courriel pour iPhone

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s